Article publié le 18 Nov 2022

Soin des ongles : peut-on couper les cuticules ?

Soin des ongles : les rôles de la cuticule et les risques en cas de coupure

Manucurie russe, prothésie ongulaire… L’émergence de certaines techniques apporte régulièrement son lot de confusion dans l’esprit des professionnel(le)s et futur(e)s professionnel(le)s quant à la fameuse question de « couper les cuticules ». D’autant que la frontière entre le médical et l’esthétique n’est pas toujours simple à définir. Avant de vous éclairer sur la question, revenons sur quelques points essentiels.

Biologie : comment se forme l’ongle et la cuticule ?

Les cellules composant notre ongle se forment dans une zone spécifique appelée matrice (insertion schéma). Au fur et à mesure qu’elles sont produites, ces cellules migrent vers la surface, s’enrichissent en kératine dure pour former ce que l’on appelle la plaque unguéale, partie visible et dure de l’ongle. Lisse, résistante, cette plaque protège l’extrémité de nos doigts et renforce notre sensibilité tactile. Elle constitue un plan de contre-pression qui facilite la prise de petits objets (pièce, aiguille…) ou certaines actions (comme boutonner une chemise).

Lorsqu’il devient visible, l’ongle est délimité par trois bourrelets de peau :

– deux latéraux

– un à sa base, nommé éponychium ou cuticule, qui adhère naturellement et fortement à la plaque unguéale.

Durant sa croissance, l’ongle entraîne avec lui l’éponychium, ce qui forme chez certaines personnes une fine pellicule de cellules mortes sur la plaque de l’ongle.

A quoi sert la cuticule ?

En bordant et en adhérant fortement à la base de l’ongle, l’éponychium (ou cuticule) joue un rôle primordial de protection physique. La cuticule s’oppose donc à l’intrusion de petits éléments solides et/ou de bactéries qui, si ils atteignaient la base de l’ongle, pourraient fortement endommager l’ongle (risque d’inflammation, de dermatoses, etc.).

Que convient-il de faire lors d’un soin des ongles ?

Pour assurer pleinement son rôle de protection, la cuticule doit rester intacte et bien souple. Il est donc primordial de l’assouplir, l’hydrater pour éviter qu’elle ne se fissure (ce qui revient à créer un passage pour les bactéries ou éléments solides). Lors d’un soin des mains, il est important d’hydrater et ramollir la cuticule avant de la repousser délicatement à l’aide d’un repousse peau ou d’un bâtonnet de buis recouvert de coton.

Si votre cliente ou modèle présente une fine couche de cellules mortes sur le dessus de l’ongle, appliquez une eau émolliente avant l’utilisation du repousse cuticules. Les agents kératolytiques de l’eau émolliente aideront à décoller et éliminer cette couche de cellules totalement kératinisées. Si cela s’avère insuffisant, utilisez la pince à envie pour couper soigneusement et proprement cette pellicule de peau en veillant à ne surtout pas s’attaquer à l’éponychium !

En cas de cuticule déchirée, il est possible de couper à ras le lambeau de peau dépassant et communément appelé envie. Cela évitera tout risque d’accrochage qui causerait une blessure plus importante. A noter que l’utilisation de la pince à envie implique d’adopter une hygiène rigoureuse avant, pendant et après le soin.

Quels sont les risques en cas de cuticule coupée ?

Une cuticule coupée ne pourra plus jouer son rôle de protection physique. Des saignements pourraient même être occasionnés lors d’un usage inapproprié de la pince à envies. Dans les deux cas, la lésion provoquée constituera une porte d’entrée à des bactéries pathogènes, en particulier le staphylocoque doré, principal responsable des panaris.

Le panaris est une infection qui apparaît généralement 2 à 5 jours après la blessure de la peau du pourtour de l’ongle. A son stade initial, il consiste en l’inflammation de la peau du pourtour de l’ongle qui devient rouge, chaude et douloureuse. Une consultation médicale s’impose afin d’éviter que le panaris n’évolue en abcès. Poche remplie de pus, l’abcès s’avère particulièrement douloureux et s’accompagne parfois de fièvre. L’incision de la lésion sera nécessaire à ce stade.

Les cas de complications restent rares et touchent principalement les personnes fragiles (immunodéprimées ou diabétiques par exemple) : atteinte de la matrice avec déformations définitives de l’ongle, atteinte des tendons ou des articulations au niveau des des phalanges.

Enfin, notons que le saignement représente également une source de contamination possible pour le matériel ou la praticienne en cas d’hygiène ou mesures de précaution défaillantes.

Il y a donc une interdiction de principe afin de garantir la sécurité de votre clientèle.

Professionnel(le)s de l’esthétique, vous souhaitiez mettre à jour vos savoir-faire concernant le soin des mains, des pieds, des ongles ou la prothésie ongulaire ?

Etudiante en esthétique, vous souhaitez vous préparer efficacement aux épreuves de pratique esthétique, plus particulièrement à celles liées à la beauté des phanères (ongles, cils, épilation) ? L’école européenne propose des formations et des journées d’entraînement à la carte. N’hésitez pas à nous contacter et nous faire part de vos besoins en cliquant simplement sur ce lien.

Pas encore de commentaires

Comments are closed.

', { 'anonymize_ip': true });